les journées pétillantes novembre 2020

 

Avec le soutien de :

            

 

INFO : Il sera possible de faire un autotest sur place si besoin, validé par un professionnel de santé, pour que le festival soit encore accessible « à tous » même à la dernière minute.

Dans ce cas, merci d’apporter votre autotest!

L’édition 2021 aura lieu du 24 au 26 septembre !

Après s’être interrogé longuement en équipe sur la pertinence de maintenir notre festival cette année au vu des contraintes liées au pass sanitaire, nous avons finalement décidé que ces journées auront lieu.

Nous souhaitons toutefois vous proposer :

– Un espace de libre expression autour de la question du pass sanitaire et de ses conséquences dans cette société de contrôle. Venez nous partager vos idées, vos coups de gueule, vos espoirs, un poème, un texte qui vous a parlé …

– Un temps d’échange qui aura lieu dimanche 26/09 à 12h30 sur le thème «Fallait-il maintenir un festival comme les Journées Pétillantes ? Et vous, qu’auriez-vous fait ? »

Tous nos questionnements autour du maintien ou non du festival ont beaucoup résonné avec la tribune « Il est urgent d’être libre » rédigée par des artistes circassiens. Nous vous invitons chaleureusement à la lire, vous la retrouverez en bas de cette page.

Plus d’informations sur les Journées Pétillantes ici.

En plus des spectacles et concerts des animations seront proposés tout au long du week-end!

 

Vous trouverez ci-dessous les liens de billetterie sous les descriptifs de chaque spectacle.

Programme du week-end 

Vendredi 24 septembre 

19h : Restauration sur place

20h30 : « More Aura » – Association des Clous

et découvrez la clowne Striknine – Cie Le Paquet Frissonnant, qui sera notre fil rouge tout au long de ce week-end !

 

 

Dimanche 26 septembre 

10h15 : « Minute Papier »Cie l’Envol

11h : « Chansons aux P’tits Oignons » – Collectif Les Zondits

11h20 : « Escargot »Teatro del Piccione 

12h30 : Temps d’échange sur le thème «Fallait-il maintenir un festival comme les Journées Pétillantes ? Et vous qu’auriez- vous fait ? »

14h : « Escargot »Teatro del Piccione

14h30 : « Tour de chant de l’intruse »Collectif de l’intruse

15h15 : « Minute Papier » – Cie l’Envol

16h : « La Famille Fanelli »Cie Artiflette

Clowne Striknine

Cie Le Paquet Frissonnant – Montreuil

Tout public

Striknine est notre fil rouge tout au long du week-end. Elle présentera chaque spectacle, vous informera sur l’organisation de votre journée, la météo, les normes AFNOR du masque dernier cri, votre horoscope et n’hésitera pas à vous mettre en lien avec votre voisin.e.
Sa loufoquerie vous accompagnera dans le plaisir et la douceur.

« More Aura »

Association des Clous – Lot

Dès 10 ans – 60 min – 8€ / 6 €

Vendredi 24 septembre à 20h30

Christine est une boxeuse, elle nous offre ses combats. C’est un personnage assez masculin en mini short. C’est une nana avec des jambes de 2 mètres de long.
Elle ressemble à Julia Roberts mais elle aun nez de clown et des dents pourries.
Obsession de la mort. Obsession de l’amour.
More Aura est un spectacle sur la résilience, le combat pour la vie, la douce folie qui nous permet parfois de rester debout.

Lien billetterie, cliquer ici

  « Escargot »

 Teatro del Piccione -Italie

Dès 2 ans et demi – 40 min – 6€

Samedi 25 septembre à 11h30 et 16h et Dimanche 26 septembre à 11h15 et 14h

Un escargot se promène tranquillement en prenant tout son temps. C’est un garçon? Une fille? D’où vient-il ? Quel âge a-t-il ? On ne le sait pas. Il emmène avec lui sa maison-sac à dos. Au cours de son voyage, à travers les saisons, il rencontre des gens et découvre leurs curieux univers.
Il emporte avec lui leurs souvenirs, bien enfouis au fond de sa coquille, puis il les offre sous la forme de contes au cours d’une douce rencontre poétique.

Lien vers billetteries :

– Samedi 25 septembre séance de 11h30, cliquer ici

– Samedi 25 septembre séance de 16h, cliquer ici

– Dimanche 26 septembre séance de 11h15, cliquer ici

– Dimanche 26 septembre séance de 14h, cliquer ici

 » Stef! En Pleines Formes »

Paris

Public adulte – 80 min – 8€ / 6€

Samedi 25 septembre à 15h

Qu’on se le dise, Sainte est Stef !
Des airs jazzy, des textes vifs et espiègles, un franc-chanté, STEF ! conjugue la Chanson au féminin avec ironie et finesse. Sans complexe, sa bonne humeur et ses rondeurs débordent généreusement de son body noir tandis que Lucas Lemauff l’accompagne au piano, en toute complicité.
Pétillante et 100 % nature, STEF ! est le remontant idéal.
On en ressort conquis et… en pleines formes !

 Lien billetterie, cliquer ici.

« Banc de Sable »

Cie 126 kilos – Lyon

Dès 5 ans – 50 min – Au chapeau

Samedi 25 septembre à 17h

Ils vont de pair. Elle, porte le sacré comme un tee shirt usé, sous ses airs de princesse elle a l’étoffe d’un chef et les désirs d’une reine. Lui, cache sous sa maladresse une grâce insoupçonnée.
Il est un compagnon rêveur et malicieux qui d’unbattement de paupière croit pouvoir s’envoler. Il porte, elle voltige, elle chute, il rattrape, ils sont l’un pour l’autre l’appui nécessaire. Ils chassent les mouches comme d’autres les moulins à vent. Complices inséparables, leurs jeux naïfs les emmènent sur des terrains glissants où leur nature se révèle plus que jamais…Clown…jusqu’au bout des ongles.

Lien billetterie, cliquer ici.

Bric à Brac Orchestra

« Azimuth » – Mâcon

Apéro concert – Tout public – 60 min – Au chapeau

Samedi 25 septembre à 18h30

Azimuth est une forme musicale originale et festive, se proposant de revisiter les airs musicaux des quatre coins du globe : pays de l’est de l’Europe, France, pays sud-américains, etc. Entre bal populaire et groupe de rock, ce trio survitaminé donne la bougeotte !

 Lien billetterie, cliquer ici.

 

Radio Tutti feat Barilla Sisters

« Imperatore canicula » – St Etienne

Tout public – 90 min – 8€ / 6€

Samedi 25 septembre à 20h30

Radio Tutti Feat. Barilla Sisters dispense un concert moderne et original, une musique puissante et intergénérationnelle. Grâce aux Barilla Sisters, le rythme, les mélodies et les voix traditionnels des femmes du sud de l’Europe sont à l’honneur, tandis que les arrangements s’autorisent toutes sortes de croisements et de métissages inédits.

 Lien billetterie, cliquer ici.

 

 

« Minute Papier »

Cie l’Envol – Plateau des Petites Roches

Très jeune public et pour tout âge qui s’émerveille – 30 min – 6€

Dimanche 26 septembre à 10h30 et 15h15

L’histoire d’une métamorphose.
Minute Papier est un spectacle palpitant qui se
dé-ploie comme un bourgeon au printemps.
Tout part d’un œuf, d’un tout petit œuf. Le cœur qui bat. Une douce poésie. Des voix, des bruits, des sons, des onomatopées, des chansons : une création musicale en direct.
De transformation en transformation, d’obstacles en progressions, la chenille disparaît derrière une chrysalide. Elle attend, elle attend, et la voilà devenue papillon. Un vrai scénario de science-fiction !

Lien vers les billetteries :

– Dimanche 26 septembre séance de 10h30, cliquer ici

– Dimanche 26 septembre séance de 15h15, cliquer ici

« Aux P’tits Oignons – Chansons gastronomiques »

Collectif Les Zondits – Lyon

Tout public à partir de 8 ans – 80 min – 8€ / 6€

Dimanche 26 septembre à 11h

Hélène Grange et Patrick Luirard s’attaquent résolument aux plaisirs de la table, la bonne bouffe, la gourmandise, l’art culinaire… Le duo
emprunte des chansons à Boris Vian, Michèle Bernard, Rémo Gary, Les Frères Jacques, François Morel, Chansons Plus Bifluoré, Léo Ferré, Trenet, Brassens… Deux personnages : la restauratrice et son client gastronome, lancés à la poursuite des « Mères lyonnaises ». Les comédiens-chanteurs-musiciens jubilent, trépignent et savourent le langage de la cuisine et la cuisine du langage.

Lien billetterie, cliquer ici.

« Le Tour de Chant de l’Intruse »

Collectif de l’Intruse – Lille

Tout public, dès 6 ans – 40 min – 8€ / 6€

Dimanche 26 septembre à 14h30

Bandeau noir sur les yeux, regards cyniques et aiguisés, deux comparses s’installent autour d’une table. Elles s’arment de couteaux qu’elles aiguisent en cadence. Tout est prêt, le tour de chant peut commencer. En français, en italien ou en anglais, à cappella ou au rythme du frottement de leurs couteaux, elles chantent les vies, les espérances et les révoltes des femmes d’hier et d’aujourd’hui. Au cours de la préparation d’un mystérieux breuvage, le « Petit bonhomme » de la chanson d’Anne Sylvestre finira en liquide rougeâtre au fond d’un saladier…

Lien billetterie, cliquer ici.

« La Famille Fanelli »

Cie Artiflette – Barraux

Dès 5 ans – 60 min – Au chapeau

Dimanche 26 septembre à 16h

Embarquez pour l’Italie avec la Famille Fanelli ! Vous y découvrirez notre tonton Giuseppe et ses surprenantes histoires… Le cousin Paco et ses acrobaties envolées ! La mamie Mireilla qui sautille, qui frétille, bref qui s’égosille sur sa corde à linge…Marina qui chante à tue-tête, s’essoufflant entre ses pitreries et les bretelles de son piano…
Accrochez vos ceintures car voici l’aventure de la Famille ravioli (euh, Fanelli !)!

Lien billetterie, cliquer ici.

Les animations du week-end

La valise d’Adélaïde

Samedi 15h-17h et 18h-20h
Dimanche 10h-12h et 14h-16h

Atelier mobile d’impression avec Cathy Blayo.

Imprime ta journée pétillante !
Tu choisiras tes motifs pétillants : artistes, musiciens, jongleurs, clowns…
et le public qui fait la fête, tu les imprimeras à la presse et tu emporteras
ton image !
Participation libre – dès 5 ans

 

Les Vélos Rigolos – Le Garage Bricolo

Samedi de 13h30 à 16h30 – Accès libre

Le Garage Bricolo vous propose une vingtaine de vélos rigolos et originaux à essayer dès 5 ans et en famille…

Chez Guy et Freddy : électricité à pédales

Dimanche – Impromptus tout au long de la journée – Accès libre

Venez retrouver le Bar à jus de la Cie Artiflette.
Guy et Freddy, toujours plus innovants dans l’énergie humaine ont eu l’idée de brancher une presse à fruits sur leurs vélos. Dans une ambiance sportive, toute la famille pédale pour
extraire le jus de fruits de saison.
A l’arrivée, on partagera en équipe un cocktail étonnant, chaque fois différent et produit à la force du mollet !

 

 

 

 

Les Infos Pratiques

Le Chapeau

Vous aurez remarqué que certains spectacles sont proposés « au chapeau ». En effet, nous avons vraiment à cœur que ces Journées Pétillantes soient accessibles au plus grand nombre et que l’argent ne soit pas un obstacle.
Néanmoins, votre participation est libre mais nécessaire ! N’hésitez pas à garnir nos chapeaux aussi généreusement que votre bourse vous le permet afin de financer cet évènement et que les artistes puissent continuer à vivre
de leurs spectacles !

Pour vous restaurer

Les foodtrucks Chez Marinette : cuisine ambulante et souriante (Theys, 38) et l’Abeille Gourmande (Le Châtelard, 73) vous proposeront dès vendredi soir une restauration légère, inventive et de saison, pour satisfaire vos papilles gourmandes. Tous les produits sont frais, issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable et dans la mesure du possible locaux.
Et pour vos goûters, vous pourrez déguster crêpes et gâteaux maison !

Au bar

Pour vous désaltérer sur place, un espace bar convivial vous accueille avant et après tous les spectacles.
Nous prendrons soin de vous ! Venez vous délecter de bières et jus locaux !

Ça se passe où ?

Dans l’enceinte du Fort-Barraux – 38530 Barraux
A 41 – Sortie 22 – Pontcharra sur Bréda
Gare la plus proche : Pontcharra-sur-Bréda

Infos/réservations

04 76 40 07 82
06 41 27 62 90

www.facebook.com/artiflette

Tribune : « Il devient urgent d’être libre ! »/ 2 août 2021

Ces nouvelles mesures sont tombées comme un couperet et nous plongent aujourd’hui dans un état de désarroi, de vide, de tristesse, alimentant un vaste sentiment d’impuissance et de colère.

 

Depuis 1 an 1/2, nous essayons d’être solidaires, réactifs, de nous adapter en préservant le désir de créer, de partager avec les publics nos visions du monde, nos œuvres d’art, nos sensibilités. Il y a eu déjà beaucoup de casse. De nombreuses compagnies ont disparu de la circulation, des artistes ont jeté l’éponge, des équipes techniques, administratives entières ont été broyées par la gestion de la crise et plongées dans des situations de grande précarité. L’épuisement est là et ces dernières mesures extrêmement coercitives sont venues alourdir et complexifier une situation morale et économique déjà très fragile.

Nous comprenons le contexte sanitaire et nous avons à cœur de lutter contre l’épidémie. L’art est un moyen d’accroître notre immunité collective, de préserver l’espace du sensible, de prendre soin de l’intime, de se questionner et d’aller vers l’autre, sans relâche. Nous sommes persuadés qu’en créant, en véhiculant des visions du monde ouvertes, multiples, hétéroclites, nous donnons aussi des outils aux uns et aux autres pour se construire, se renforcer, rêver et se projeter.

Mais aujourd’hui, la question du passe sanitaire nous met dans une situation éthiquement insoutenable : il suscite des divisions, beaucoup de violence et d’incompréhension. Parce qu’ils souhaitaient prendre le temps de la réflexion ou tout simplement parce qu’ils n’étaient pas prêts à appliquer cette mesure, certains d’entre nous se retrouvent isolés, ont perdu leur travail, ont dû abandonner leurs projets, leurs partenaires de jeu. Dans ce contexte abrupt (mesures prises en plein été, alors que des festivals étaient en cours, des contrats engagés, des tournées lancées), il ne s’agit plus seulement de s’adapter, de réagir, de chercher des solutions, d’avancer ensemble… Cela nous l’avons déjà fait. Et encore une fois, nous ne sommes pas anti-vaccins, mais nous ne sommes pas non plus des babas cool libertaires, individualistes et inconscients. Nous sommes des artistes face à une crise qui dépasse les enjeux sanitaires et qui questionne notre propre rapport à l’art. C’est à cet endroit, profond, que nous nous révoltons.

Se faire biper pour voir un spectacle, présenter ses papiers d’identité nous apparaît comme l’apothéose d’un système capitaliste outrancier, sans limites. Cet acte de contrôle entre en contradiction avec notre désir de créer, de penser l’art comme un espace-temps ouvert à tous. Entrer dans une salle de spectacle ou aller voir un spectacle dans la rue est d’abord un élan personnel qui doit s’affranchir de toute contrainte. L’espace de la représentation n’est pas un supermarché. Cela doit rester un espace sans code barre, un espace du sensible, du possible, un espace dédié à l’imaginaire, un espace où il est possible de se rendre pour des raisons intimes, profondes, invisibles.

Il devient urgent d’être libre et de pouvoir aller et venir à sa guise.

Et après le passe sanitaire, quelles seront les autres mesures pour nous abasourdir, pour nous diviser, pour nous faire taire ?

Si ces mesures d’urgence sanitaires s’accompagnaient de mesures d’urgence écologiques, d’une mise en place de lois visant à l’égalité réelle entre tous, d’une vision du monde permettant à chacun de manger à sa faim et de bien manger, afin de se constituer une immunité physique, psychologique, mais aussi mentale, morale, intellectuelle et sensible, alors nous serions tous en train de courir pour nous faire vacciner. Parce que derrière il y aurait l’espoir d’une société qui évolue vers de la beauté, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Mais nous sommes sans cesse renvoyés à notre propre sentiment d’impuissance, comme à une fatalité. Nous sommes affaiblis par un système qui n’a plus rien de démocratique. A quel moment avons-nous été concertés sur ces mesures ? Leurs enjeux ? Leurs impacts directs sur nos vies et sur celles de nos œuvres ?

Nous refusons aujourd’hui, en écrivant cette tribune, de céder à ce sentiment d’impuissance.

L’art est ce qui permet de rêver à un monde meilleur, d’ouvrir des possibles, mais ce rêve n’est pas qu’un rêve d’imagination, c’est un rêve qui s’accompagne du désir concret de le mettre en œuvre. Un spectacle, s’il n’est là que pour divertir, faire passer le temps, occuper les corps et les esprits, s’il devient un écran entre nous et le monde, comme la télévision, si la puissance du vivant est niée alors il ne devient qu’un spectacle affligeant, au service d’une idéologie libérale dévastatrice.

Si au nom d’une crise sanitaire, la seule solution est la coercition, le contrôle des masses, si au nom du collectif on protège un système consumériste et individualiste avant tout, alors c’est ouvertement le signe que la démocratie est bafouée, sans vergogne, c’est une société qui affiche qu’elle nie l’espace du sensible. Il n’y a rien de collectif, de responsable dans cette attitude. Juste l’affirmation d’une uniformisation qui produit de la souffrance, de la division, du vide.

Nous refusons aujourd’hui cette mesure parce qu’elle est le témoin d’une démocratie en crise, d’un monde qui contraint les artistes, les créateurs, les spectateurs, les êtres humains à se plier pour garder l’illusion d’être libre. Mais être libre, ce n’est pas pouvoir aller au spectacle, boire un café ou faire ses courses en présentant patte blanche. Ce n’est pas continuer à consommer à tout prix. Ce n’est pas tenter de survivre dans un monde qui va mal. C’est vivre dans ce monde, en accord avec soi-même, c’est sentir qu’en créant, en pensant, en se questionnant, d’autres rapports au monde sont possibles et que nous avons le pouvoir de le changer. C’est rencontrer les autres et échanger, laisser les pensées se contaminer les unes les autres, aller vers l’autre sans avoir la peur au ventre d’être rejeté.

L’acte de créer échappe à tout contrôle. L’espace de jeu est un espace de remise en question qui doit rester sain, prometteur, rempli d’espoir.

Le passe sanitaire est une horreur parce qu’il nous éloigne les uns des autres sous couvert de nous protéger d’un virus.

La véritable maladie aujourd’hui c’est la peur et l’état de faiblesse dans lesquelles les êtres sont maintenus et une lente mais mortifère déshumanisation de toute relation au monde, à l’autre et à soi-même

Signataires (au 3.08.21):
Marion Collé, fildefériste et poète / Collectif Porte27
Valentine Cohen, Mata-Malam
Chiara Marchese, auteure de cirque / Compagnonne Collectif Porte27
Marie Heimburger (enseignante)
Charles Lamarche, directeur artistique et cavalier / CL Spectacles
Mathias Jamart, président / Cheval Art Action
Anne Delépine, administratrice Collectif Porte27, les Escargots ailés, Cie 7bis,la Conserverie
Angèle Savino, réalisatrice de documentaires
Océane Pelpel, artiste de cirque / Groupe Bekkrell
Maxime Paris, administrateur, Cie Cirquons Flex
Anne-Lise Allard, artiste de cirque, Cie Mauvais Coton
Chloé Moura, artiste de cirque, Underclouds Cie
Patricia Dallio, musicienne, cie sound track
Cécile Mont-Reynaud, artiste de cirque / Compagnie Lunatic
Isabelle Brisset, enseignante cirque
Antoine Rigot, artiste, auteur de spectacles / Cie Les Colporteurs
Nicolas Bachet, saxophoniste
Tasevski Vasil, artiste / Collectif Porte27
Véronique Stekelorom, artiste de cirque et chorégraphe, formatrice / L’épate en l’air Cie
Agathe Olivier, artiste fildefériste / Cie Les Colporteurs